Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juillet 2011 4 07 /07 /juillet /2011 18:48

 

Loi des séries, voilà qu'"A tort ou à raison" est chroniqué sur K-Libre, avec une note de 4/6. La claaaaaaaasse!

 

C'est ici:

 

link

 

http://www.k-libre.fr/klibre-ve/index.php?page=livre&id=1556

 

 

La raison ignore la différence

Tout le monde connaît les travaux de Pavlov sur le conditionnement et les réflexes conditionnels notamment grâce à l'histoire du chien et de la clochette. À tort ou à raison, en narrant de l'intérieur une prise d'otages nous montre jusqu'où un être humain, psychologiquement fragilisé, peut se conditionner pour échapper au pire.

Marc est ce qu'on appelle un caïd. Un homme capable de tuer de sang froid et dénué de tout sentiment. Son prochain plan : s'attaquer, avec l'équipe qu'il met sur pied, à un entrepôt d'une zone industrielle isolée. Derrière une activité spécialisée dans le textile, cet entrepôt cache une technologie informatique qui permettra au truand et son équipe de procéder à un détournement de fonds de grande envergure. Pour tromper les forces de l'ordre, ils vont prendre en otage le personnel et prétexter agir pour un groupe révolutionnaire. Leur revendication : la libération de rebelles détenus dans un pays étranger. Une fois l'opération lancée, Marc se voit contraint d'improviser, les consignes qu'il a fixées n'étant pas respectées. À commencer par l'exécution d'Angèle, l'hôtesse d'accueil. Jeune femme seule, se sentant transparente, conversant avec une amie imaginaire, elle va voir sa vie complètement bouleversée par cette prise d'otage. Entre elle et Marc va se tisser une relation particulière qui va voir leurs convictions respectives remises en cause. Ces fragilités révélées ne seront pas sans conséquences pour les deux protagonistes.

À tort ou à raison est un roman qui ne fait pas dans la fioriture. L'auteur va droit au but, comme une vraie marseillaise qu'elle est, sans s'attarder dans des descriptions douteuses ou hasardeuses. Une écriture nerveuse, des personnages forts ayant chacun des profils bien définis mais jamais caricaturaux font la force de ce roman. Dans ce huis clos sur fond de syndrome de Stockholm, Annabelle Léna pointe du doigt les effets des dérives de la société - solitude, différence, motivation des sentiments - sans porter de jugement et laisse au lecteur le choix de se forger sa propre opinion. Allant à l'encontre des tendances actuelles qui voient les romans devenir de vrais pavés, elle prouve qu'il est possible de faire un thriller de qualité en 131 pages.

Citation

Non mais ça va pas ! Espèce de taré ! T'as failli me descendre bordel de merde !
- Calme-toi. J'tue un otage c'est tout. C'était le plan.
- Non ! C'est l'hôtesse d'accueil qu'il fallait buter ! L'hôtesse d'accueil, tu comprends espèce d'idiot ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Annabelle Léna - dans Mon actualité
commenter cet article

commentaires

J C F 09/07/2011 08:03


C'est super !!!!!! Vivement la parution de ton prochain roman Grosses bises et encore BRAVO


Annabelle Léna

  • : Le blog d'Annabelle Léna, l'écriture pour passion
  • Le blog d'Annabelle Léna, l'écriture pour passion
  • : Ce que je lis et ce que j'écris. Bonnes lectures!
  • Contact

Le site internet dédié à mon Roman!

Bibliographie

2014 : 

Nouvelle "Le silence et dors" dans l'anthologie Etranges Voyages aux Editions Sombres Rets.


2013 : 

Roman "Enfin (tous) réunis" aux Editions du Caïman

Collectif "Santé !, Les auteurs du noir face à la maladie" chez L'Atelier Mosésu  

Collectif "Les 7 petits nègres, L’Exquise nouvelle saison 2" chez In Octavo Editions 

 

2012 :

Nouvelle "Au kébab fumant" dans La Tête à l'Être n° 2 

 

2011 : 

Roman "A tort ou à raison" chez Eastern Editions. 

 

2009 :

Nouvelle « Paris, la bourgeoise », dans Filigranes n°73.

Nouvelle « La vie en rond », dans Marseille L’Hebdo n°449

 

2008 :

Nouvelle « Un pas en avant », dans Le Croquant n°57/58.

Nouvelle « À l’ombre du masque », dans Les Archers n°15.



2007 :

Nouvelle « À bras le corps », dans L’Ours Polar n°44.

 

 

En ce moment, je lis:

 

                                                                                                    Couleur