Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2014 7 25 /05 /mai /2014 09:19

 

Hé oui, cela fera sourire certains mais je suis toute contente d'avoir gagné!

Quoi donc?

A l'occasion de la deuxième édition des "Ecrivains en Capitale" au E. Leclerc de Sormiou (Marseille), j'ai gagné ex aequo (mais on s'en fout j'ai gagné! j'ai gagnéééééé!) le concours de nouvelle! Avec le filet garni et le bouquet de fleurs!!!!!!!!!!!!!!!! Hé hé hé!


10414572 10202315114739026 2747013173870730884 n

 

 

Rappel du réglement:


Concours de nouvelles

 

« Ecrivains en capitale » 2014

Dans le cadre du salon des auteurs « Ecrivains en capitale » qui aura lieu les vendredi 23 et samedi 24 mai 2014, nous organisons un concours de nouvelles ouvert aux auteurs présents lors de ce salon ; cela dans un cadre convivial.

- Une nouvelle individuelle par auteur,

- La nouvelle devra contenir entre 2000 et 3000 caractères

 

 

 

 

- Le jury sera composé de :


 

 

 

 

o Jean-Luc LAMY, Président du jury, directeur de l’hypermarché E. Leclerc Sormiou

o Mickaël ROCHE, Responsable relation clients de l’hypermarché E. Leclerc de Sormiou

o Elie BOISSIN, auteur

o Monic DANIEL, Bibliothèque de l’Alcazar

 

 

- La nouvelle devra obligatoirement contenir les mots suivants :


« Sormiou » - « Parc » - « Ecrivain »

 

 


Quintessence


 

« Encore une journée d’écriture. Souffrance et vomissements. La littérature est la quintessence de la pensée et la douleur des hommes. »


            Boris décortiqua cette phrase, assis dans son salon avec vue sur le parc. Soi-disant, que si il aimait Vanessa, il devait lire ce livre. Alors, il comprendrait leurs disputes, leurs failles et leurs silences.

            C’était parti fort entre eux. Boris avait craqué pour Vanessa la spirituelle qui s'interrogeait sur les raisons du pourquoi de ce monde. Mais depuis peu, cela devenait pénible. Lorsque sa belle réclamait l’eau à table, ce n’était pas par soif mais pour signifier à Boris qu’une femme a besoin d’amour, comme les fleurs ont besoin d’eau et qu'il lui incombait, à lui, d'être cet arrosoir !

              Donc, si cet écrivain pouvait l’aider à comprendre ce genre de choses…

              Mais non.

              Pourtant Boris persévéra durant cinq cent pages. Il n’y trouva qu'un amalgame de mots savants dans l’espoir de créer de belles phrases. Belles mais creuses. Comme son couple, en fait. Voilà bien la morale de tout ça.

             Certes, pour Boris, il existait un lien entre amour et littérature. Un beau couple, comme un beau livre, transcendant et magnifique, se devait d’être simple, essentiel. Vivre et lire à fleur de peau, les tripes à l’air. Pas de détour, de semblant, de « regarde comme je suis intelligent avec mes jolis mots ». Non. Pour lui la littérature, le couple, n’était pas souffrance, ni une quelconque quintessence mais une respiration, une bouffée d’air insufflée, un monde transmis, un univers et un ailleurs qui au fil des pages et des années, devenait son double à portée de main. Pour lui la littérature ne se lisait pas avec un dictionnaire, elle lui susurrait des histoires au creux de l’oreille, se donnait à chaque mot.

             Boris relut la phrase encore et encore. Il ne voyait plus qu’un mot danser : quintessence, quintessence qui incarnait soudain toute l’hypocrisie d’intelligence de Vanessa. D’ailleurs, cette dernière n’allait pas tarder. Aussi Boris claqua t’il la porte. Ça lui apprendrait !

               Il ne ralentit le pas qu’une fois atteint le rayon librairie du centre E. Leclerc de Sormiou. Il lui fallait une intellectuelle, mais pas n'importe laquelle, cette fois. Boris dépassa avec rage le coin psychologie quand soudain apparut une jolie brune, au rayon fiction. C'était bien, ça, la fiction… Il saisit un Dostoïevski, histoire de montrer ce qu’il avait dans le pantalon et s’approcha.

               — Je vois que vous hésitez ! Il y en a tellement, on ne sait que choisir ! Je me présente, Boris.

               — En fait, j’ai trouvé mon bonheur.

                — Marc Levy ?

                — Oui, j’adore son style.

                — C’est facile à lire mais bon… Ça ne donne pas beaucoup à réfléchir, non ?

                — Oh non, je trouve que… Je ne sais pas… Je dirais que ses romans sont la quintessence du romantisme dans notre archétype quotidien. Vous ne trouvez pas?

               — La quintessence, vous dites ?

               — Oui, pourquoi?

                Boris tourna les talons. Après tout, Dostoïevski serait parfait pour la quintessence de ses soirées en célibataire.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Annabelle Léna - dans Mon actualité
commenter cet article

commentaires

serrurier 27/03/2015 16:08

J'apprécie votre blog, n'hésitez pas a visiter le mien.
Cordialement

plombier paris 20eme 31/01/2015 20:26

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

electricien paris 30/01/2015 14:52

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

J C F 25/05/2014 15:16

Quel beau bébé !!!! cette nouvelle Nouvelle
Bonne nouvelle après d'autre bonnes nouvelles que du bonheur
Félicitations

Annabelle Léna

  • : Le blog d'Annabelle Léna, l'écriture pour passion
  • Le blog d'Annabelle Léna, l'écriture pour passion
  • : Ce que je lis et ce que j'écris. Bonnes lectures!
  • Contact

Le site internet dédié à mon Roman!

Bibliographie

2014 : 

Nouvelle "Le silence et dors" dans l'anthologie Etranges Voyages aux Editions Sombres Rets.


2013 : 

Roman "Enfin (tous) réunis" aux Editions du Caïman

Collectif "Santé !, Les auteurs du noir face à la maladie" chez L'Atelier Mosésu  

Collectif "Les 7 petits nègres, L’Exquise nouvelle saison 2" chez In Octavo Editions 

 

2012 :

Nouvelle "Au kébab fumant" dans La Tête à l'Être n° 2 

 

2011 : 

Roman "A tort ou à raison" chez Eastern Editions. 

 

2009 :

Nouvelle « Paris, la bourgeoise », dans Filigranes n°73.

Nouvelle « La vie en rond », dans Marseille L’Hebdo n°449

 

2008 :

Nouvelle « Un pas en avant », dans Le Croquant n°57/58.

Nouvelle « À l’ombre du masque », dans Les Archers n°15.



2007 :

Nouvelle « À bras le corps », dans L’Ours Polar n°44.

 

 

En ce moment, je lis:

 

                                                                                                    Couleur